Le Bonus de COS pour les surélévation durables

Les villes peuvent voter un bonus de COS pour les surélévations de bâtiments atteignant des critères de performance énergétiques. Voici les textes règlementaires d’application du bonus de COS durable pour une surélévation.

Bonus de COS durable : article L128-1 du code de l’urbanisme

Dans les zones urbaines ou à urbaniser, un dépassement des règles relatives au gabarit et à la densité d’occupation des sols résultant du plan local d’urbanisme ou du document d’urbanisme en tenant lieu peut être autorisé, par décision du conseil municipal ou de l’organe délibérant de l’établissement public de coopération intercommunale compétent en matière de plan local d’urbanisme, dans la limite de 30 % et dans le respect des autres règles établies par le document, pour les constructions satisfaisant à des critères de performance énergétique élevée ou alimentées à partir d’équipements performants de production d’énergie renouvelable ou de récupération.

Ce dépassement ne peut excéder 20 % dans un secteur sauvegardé, dans une zone de protection du patrimoine architectural, urbain et paysager créée en application de l’article L. 642-1 du code du patrimoine, dans le périmètre de protection d’un immeuble classé ou inscrit au titre des monuments historiques défini par l’article L. 621-30-1 du même code, dans un site inscrit ou classé en application des articles L. 341-1 et L. 341-2 du code de l’environnement, à l’intérieur du cœur d’un parc national délimité en application de l’article L. 331-2 du même code, ni aux travaux portant sur un immeuble classé ou inscrit au titre des monuments historiques ou adossé à un immeuble classé, ou sur un immeuble protégé en application du 7° de l’article L. 123-1 du présent code. Il ne peut permettre de déroger aux servitudes d’utilité publique visées à l’article L. 126-1.

Un décret en Conseil d’Etat détermine les critères de performance et les équipements pris en compte.

La partie de la construction en dépassement n’est pas assujettie au versement résultant du dépassement du plafond légal de densité.

 

Le bonus de COS durable, lorsqu’il est voté par la mairie, porte donc sur le COS mais aussi sur les règles de gabarit. Depuis le 5 janvier 2011, il est possible d’utiliser le bonus de COS durable dans le périmètre des monuments historiques.

 

Le décret d’application pour une surélévation durable

Pour qu’une surélévation puisse bénéficier du bonus de COS durable, elle doit atteindre un certain niveau de performance énergétique précisé dans l’arrêté du 3 mai 2007 : mise en oeuvre d’énergies renouvelables et isolation des planchers hauts.
Pour bénéficier du dépassement du coefficient d’occupation des sols, un bâtiment existant faisant l’objet d’une extension doit être à usage d’habitation et répondre aux conditions suivantes :
Les planchers hauts sous combles perdus du bâtiment et de son extension doivent être isolés de telle sorte que la résistance thermique soit supérieure ou égale à 5 m² K/W.
Le bâtiment doit faire l’objet de travaux d’installation d’équipements d’énergie renouvelable ou de pompe à chaleur tels que l’ensemble des locaux, constitués par la partie existante et l’extension appartenant au même propriétaire, respecte l’une des conditions suivantes :
– soit le bâtiment et son extension sont équipés d’un générateur utilisant la biomasse et assurant au moins 50 % de la consommation de chauffage de l’ensemble des locaux ;
– soit le bâtiment et son extension sont équipés de capteurs photovoltaïques d’une surface supérieure ou égale à un dixième de la SHON, ou ces capteurs assurent une production annuelle d’électricité pour le bâtiment et son extension de plus de 25 kWh/m² SHON en énergie primaire ;
– soit le bâtiment et son extension sont équipés de capteurs solaires pour la fourniture d’eau chaude, de surface d’entrée supérieure ou égale à 3 m² par logement, ou la fourniture d’eau chaude est assurée par l’énergie solaire pour une valeur égale ou supérieure à 50 % pour le bâtiment et son extension ;
– soit le bâtiment et son extension sont équipés d’une pompe à chaleur dont les caractéristiques minimales sont données en annexe.

Voir l’arrêté du 3 mai 2007 complet sur Légifrance.

Ce contenu a été publié dans Actualité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *